Franck Rageade à Agile Paris 2015

Plusieurs personnes ayant vu ma présentation « devenez acteur de votre agilité grâce au théâtre » à Rennes, Montpellier, Grenoble ou même Sophia Antipolis m’ont demandé le texte du petit monologue que j’interprète en guise d’introduction. Je vous le livre donc :


Ce matin nous avons eu un petit coup d’énervement, Maman et moi… C’est à cause de mon métier, vous savez, les méthodes agiles. Maman ne comprend rien à tout ça mais elle fait exprès de me questionner. Elle dit que l’agilité c’est pour les nonchalants et les beatniks, et qu’à son époque au moins on savait travailler. Moi je ne savais même pas qu’il y avait eu une époque ! Comme à chaque fois, je n’ai pas répondu. J’ai souri, et je lui ai dit « donne-moi tes dents, je vais les passer sous l’eau ».

Je sais ce que vous pensez, que j’aurais dû m’affirmer. Que je devrais me lever, et lui dire : Parfaitement, je suis agiliste ! Je suis agile, et je veux du théâtre dans ma vie, parce que le théâtre c’est agile et que la vie c’est un grand théâtre.

Je suis agile au fond parce que je crois en l’autre,
En l’humain, au respect ; ces mots qui sont les nôtres.
J’itère et j’enrichis ; ce n’est pas un travers !
Des projets réussis ? Voilà, je suis en vers.
Écoutez mon prologue – et sans a priori –
Le jeu est un backlog. Je vous lis ma story :

En tant que consultant de tréteaux amateur
– pardon, metteur en sprints –  je veux porter du sens
À mon équipe et de l’art souffler la puissance
Afin d’encourager mes collaborateurs.

En d’autres expressions – pardonnez-moi monsieur –
Plus de clapots fluets, d’amourettes badines,
Réunions infécondes ou tâches anodines,
Mais un scrum surpuissant et irrévérencieux
En cela qu’il bouscule et plie l’accoutumance.
Et l’amour de la scène en critère d’acceptance.

Que de sprints en sprints comme d’actes en actes,
Quand le product owner martèle la cadence,
La créativité soit un maître artefact.
Jouons tant que cela devienne une évidence.

Estimez mon besoin : deux, cinq, huit, ou trois-cents ?
Vous semblez hésiter. J’ai peur que cela pique.
Combien de story points ? Répondez-moi bon sang !

Hein ? Quoi ? Mais nom d’un… C’est… ! Vous avez dérapé.
Ça ne veut rien dire, je sais, mais ça m’a échappé.
Ce chiffrage est dément ; j’en fais donc une epic.

Mais revenons au fait. Cessons ce jeu folâtre –
Devops ex machina – nous en pourrons débattre.
Mesdames et messieurs, bienvenue au théâtre !

(salut)


N’hésitez pas à faire des retours, je suis toujours preneur de vos commentaires. Et si certains d’entre vous veulent s’enregistrer ou se filmer en train de le lire, j’adorerais voir vos vidéos !

Share Button

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>