Terre mon capitaine - Franck Rageade

Cela fait quelque temps que l’on me demande, au fil des rencontres et des conférences, de partager les exercices de théâtre que je pratique régulièrement dans des contextes agiles. J’accueille évidemment cette demande avec enthousiasme, car je donne beaucoup de sens à la totale circulation des idées et à l’enrichissement collectif à travers la construction d’un grand édifice commun. Le fait est que je réponds invariablement « La bonne idée ! Je vais le faire très bientôt. » Mais force est de constater que ce « très bientôt » tarde à voir le jour, sans cesse éconduit par de fallacieuses priorités.

Bref, afin de conjurer ce rituel de procrastination, je prends aujourd’hui le taureau par les cornes, ou plutôt par le tricorne pour vous présenter un jeu que je vous encourage à pirater :

Terre, mon Capitaine !

Franck Rageade pirate 2010J’ai imaginé cet exercice il y a plusieurs années, à une époque où je croyais encore aux îles bienheureuses, aux monstres des mers et aux chansons qui rendent le cœur gaillard. Commencez par appeler deux volontaires qui viendront se placer d’un côté de la scène. Le reste du groupe – maximum 6 ou 7 personnes, au-delà gardez des observateurs et faites tourner les participants – se tiendra à l’opposé.

Voici comment l’histoire débute. Les deux personnages isolés sont de fiers flibustiers, le capitaine d’un galion et son second. Ce dernier scrutant l’horizon à travers sa longue-vue s’écrit soudain :

 – Terre, mon Capitaine !

 – Morbleu moussaillon ! Mais que vois-tu ?

 – Je vois une île, et sur cette île…

Et sur cette île… Eh bien tout est possible. Le matelot est complètement libre d’imaginer, et raconter à son capitaine, ce qu’il voit. Les autres acteurs situés dans l’autre espace scénique, qui figure du coup la fameuse langue de terre promise, vont alors jouer au rythme du récit les scènes rapportées par le pirate.

Le capitaine peut alors poser toutes les questions qu’il veut à son second, et donc de fait orienter le déroulement de la narration. Par contre, sans la précieuse lunette, il ne peut pas voir ce qui se passe au loin. Petit à petit, les comédiens de l’île vont également prendre des initiatives et improviser des situations qui devront alors être décrites et commentées par les deux boucaniers. Les deux pôles d’action vont se répondre et se nourrir l’un l’autre. La seule contrainte posée est qu’ils ne peuvent interagir directement, en gestes ou en paroles.

Yo ho ho !

Terre mon capitaine - vieux gréementJe vous laisse découvrir et apprécier la richesse de cet exercice qui engendre immanquablement des moments désopilants et délicieux. Au-delà des vertus récréatives, ce système d’improvisation croisée permet de développer le sens de l’écoute, la cohésion du groupe et la réactivité collective. Chacun est à la fois tributaire du choix des autres, ce qui implique une confiance totale, mais également moteur du système global. En effet les comédiens doivent jouer ce que les pirates racontent, mais ceux-ci sont également forcés de prendre en compte ce que le groupe développe. On entre de plain pied dans l’allégorie de l’équipe auto-gérée et co-responsable. Le débriefing (indispensable !) peut donc facilement s’étendre à ces aspects de l’agilité. En général je compte cinq minutes d’échanges pour cinq minutes d’exercice, que je répète deux voire trois fois selon la taille du groupe.

Une variante intéressante consiste à rajouter des contraintes initiales en invitant le forban porteur de la lorgnette à piocher quelques mots au hasard que celui-ci devra impérativement intégrer à son histoire. Je vous conseille cependant de la réserver à des participants un peu aguerris à la pratique de l’improvisation pour ne pas décourager les plus timides.

À la baille !

Et vous ? Quelles variantes me proposez-vous ? Palsembleu ! Je vous somme de mettre ce jeu en application et de venir partager vos retours et autres faits d’armes, commentaires, photos, gravures, remarques, jurons, tirs de mousquet, antiennes marines, que cela soit dit, et que le rhum coule à flots !

 

Share Button

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>